Pierre sèche

LA PIERRE SÈCHE

AJOUTER À MON BON PLAN

L’architecture de la pierre sèche a pris de l’ampleur et suscité de l’intérêt dès la fin du XXe s., grâce à plusieurs projets d’étude et de recherche lancés, entre autres, par l’espace socioculturel Cal Pal.

Son utilisation au fil du temps en a fait un élément caractéristique de la construction de notre paysage. Ce type d’ouvrages, qui s’inscrit dans une longue tradition allant du Néolithique au XXe siècle, dégage, derrière son apparente simplicité, un sentiment de solidité et de pérennité, en conférant à de nombreux sites répartis partout dans le pays une personnalité singulière.

En Andorre, on y a eu recours dans les endroits les plus reculés des vallées, pour des éléments ayant trait à l’agriculture, jusque dans les passages de haute montagne associés à l’élevage. La principauté recense un grand nombre de constructions, allant des murets, champs en terrasse et chemins, aux orris, témoins muets de l’activité des hommes qui ont façonné le paysage en n’utilisant que la pierre.

Cal Pal
Ce centre se situe dans la maison du même nom dans la localité de la Cortinada (Ordino). L’espace Cal Pal invite ses visiteurs à réfléchir sur l’identité, les origines et le patrimoine naturel et culturel de l’Andorre. Son travail s’est principalement centré sur les constructions en pierre sèche. Un thème qui est conforme à ses valeurs puisqu’il associe la montagne avec le paysage culturel et naturel.

Cal Pal est l’un des exemples les plus représentatifs de l’architecture locale de l’Andorre. Bien que d’origine inconnue, un document écrit atteste qu’il a été cédé à la famille Pal en 1435. Il a ensuite fait l’objet de plusieurs agrandissements aux XVIe et XIXe siècles. Des travaux de rénovation et de reconstruction réalisés à la fin du XXe siècle ont permis de récupérer sa physionomie définitive (qui avait subi quelques modifications par le passé). En 2011, il a été répertorié dans l’inventaire général du patrimoine culturel de l’Andorre.

Pierre sèche
La technique de la pierre sèche consiste à assembler des pierres, et non à les empiler, sans utiliser de liant pour les sceller entre elles. Les pierres, de taille plus ou moins grande, doivent s’emboîter par la seule action de la gravité et grâce à l’habileté de la personne qui les manipule. Le principal avantage de cet ancien système est qu’il s’adapte parfaitement aux besoins spécifiques du terrain. En Andorre, la matière première est facilement accessible, comme en témoignent les pierriers présents dans toutes les vallées, les flancs de montagne ou les lits de rivière.

Les orris sont l’un des éléments les plus caractéristiques et représentatifs de ce type de construction. Leur origine est associée à la tradition andorrane de l’élevage. Ces constructions réalisées par des groupes de bergers comprennent plusieurs éléments, dont des cabanes, des petits enclos, voire même, dans certains cas, des couloirs de traite (qui servaient à canaliser et sélectionner les brebis avant de les traire).

Itinéraires
Depuis Cal Pal et grâce au projet Primera Pedra (première pierre), vous pouvez désormais parcourir deux itinéraires qui vous permettront de découvrir ce patrimoine architectural andorran. (Étant donné le caractère exceptionnel de la saison estivale cette année, veuillez consulter la disponibilité de l'activité avant votre visite, en écrivant à contacte@primerapedra.com)

Circuit 1 : de la Cortinada à Sornàs
Cet itinéraire d’environ 6 kilomètres de long commence par une visite de Cal Pal. Il relie ensuite la Cortinada à Sornàs via Ansalonga, en passant par plusieurs points d’intérêt dont le Centre de nature de la Cortinada. La sortie inclut une collation montagnarde aux Planes de Sornàs. D’une durée de 4 heures, le circuit fait 5,81 km de long pour 370 m de dénivelé. Niveau de difficulté : moyen-facile.

Circuit 2 : des Orris à Encamp
Cet itinéraire, un peu plus exigeant et dépassant à peine les 12 km, permet de visiter huit orris, tous situés dans la paroisse d’Encamp. L’orri Vell, celui d’Emportona et celui d’Encerera, actuellement en reconstruction, sont particulièrement remarquables. Le circuit est linéaire et compte trois points d’accès : Cortals et Grau-Roig, aux extrémités, et un point intermédiaire via le Funicamp, qui permet de n’en faire qu’une partie. D’une durée de 6 heures environ, le circuit fait 12,3 km de long pour 650/651 m de dénivelé. Niveau de difficulté : moyen-facile.

AJOUTER À MON BON PLAN

Localisation et contact

Agrandir